Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine - Tourisme

Formulaire de recherche

Patrimoine - Tourisme

le village d' Eygaliers

Au sud de la Drôme Provençale, Eygaliers se trouve à 6 kilomètres de Buis-les-Baronnies. Au nord du mont Ventoux, le village offre de nombreuses possibilités de promenades et de randonnées. Il est traversé par une rivière, le Derboux qui se jette dans l'Ouvèze au lieu-dit "Pont de Cost". La vallée du Derboux trouve sa place entre deux montagnes, la Nible, au nord, et la montagne de Bluyes, au sud. Elle est longée par la route départementale qui joint la vallée de l'Ouvèze au bassin de Montbrun-les-Bains en franchissant le superbe col de Fontaube. Ce col offre une vue splendide sur le versant nord du mont Ventoux ...

 

exposition à l'église

Dominique Tourniaire et Angélique Matthys exposent leurs oeuvres picturales.
La visite de l'exposition se tient du 12 au 19 août à l'église de 15h à 19h.
...

 

Le moulin d'Aygues-Astaud

Le moulin d'Aygues Astaud se situe à Plaisians à la limite d'Eygaliers

Le Derboux alimenté par les sources abondantes des Oseraies et d’Aygues-Astaud a permis l’implantation de moulins à eau dès le Moyen-Age. Les cartes de Cassini (milieu du XVIIIe siècle) de la vallée du Derboux font état de plusieurs moulins situés le long du cours d’eau dont celui d’Aygues-Astaud (« Les Gastaux » sur les cartes de Cassini).

Ce moulin qui a fonctionné jusqu’au début des années 50 est devenu propriété de la famille SAGAL à partir de 1860. De nos jours, le bâtiment rénové en maison d’habitation a conservé le canal d’amenée de l’eau, la grande roue à aubes (5m de diamètre) et le mécanisme complet permettant le broyage des céréales.

Au cours des XVIIIe et XIXe siècles ces moulins ont connu un grand succès, fournissant la farine nécessaire à la confection du pain, aliment très important à cette époque (plus de 600g par jour et par habitant).

Les paysans, venant parfois de très loin (Plateau d’Albion) apporter leur récolte de blé, repartaient avec leur charretée de sacs de farine. Pour le travail effectué, le paysan devait rémunérer le propriétaire du moulin soit avec de l’argent soit en lui laissant une certaine quantité de farine.

...

 

La faune: les castors

A la demande des riverains du canal, des agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, l’O.N.C.F.S. de la Drôme sont venus à Eygaliers le 13 janvier 2016.

Ils ont constaté la présence de castors dans ce canal d'Eygaliers qui démarre d'Aygues Astaud et va jusqu'au moulin de la Blanche. Plusieurs trous dans les rives et des arbres coupés notent bien leur habitat dans ce canal. C'est devant ce phénomène que se pose la question : comment intervenir pour éviter les dégâts sur les arbres et les berges du canal?

Le castor étant une espèce protégée, il ne peut être éradiqué. La construction de son habitat consiste à creuser une galerie dont l'entrée se trouve toujours dans l'eau, ce qui précise sa présence dans le canal comme dans la rivière.

Si plusieurs solutions existent pour protéger les végétaux, il est difficile d'empêcher les castors d'habiter dans le canal. Une solution est de les capturer pour les déplacer. Pour cela, il est fait appel à un piégeur agréé. Il est reconnu que ce déplacement ne peut être efficace à 100%. Les castors pourront revenir si des moyens ne sont pas mis en œuvre pour couper l'accès au canal ( exemple: grillage aux entrées et sorties, pose de buses dans le canal...).

Pour avertir l'O.N.C.F.S. en cas de découverte de castors en danger ou de castors morts, pour réaliser un constat de dommage sur arbres ou cultures, pour obtenir des conseils techniques en matière de protection des plantations, contactez O.N.C.F.S. service départemental réseau castor 148 rue de la Vigne ZA Brunelle – 26 400 EURRE,  tél: 04.75.25.64.46 email: sd26@oncfs.gouv.fr

...

 

Autour du mont Ventoux

Extrait de la revue du Touring Club de France d’avril 1931
Dans l’exagération du style de l’époque, l’article décrit un circuit autour du mont Ventoux.
Après le départ de Carpentras, le voyageur vient d’évoquer le passage à Malaucène, puis Mollans :
Près de la route un roc surgit coiffé d'une église où monte un escalier monumental trop neuf, c'est Pierrelongue.
Bientôt abandonnant la route de Buis, on franchit encore l'Ouvèze au pont de Cost pour s'engager dans la vallée d'Eygaliers, misérable village cramponné à des rocs délités. La montagne se fait plus haute, mais combien âpre et désolée. Partout c'est la roche nue, laissant voir sa curieuse structure géologique, couches de rude matière plissée comme la plus molle étoffe. Le vert gris des plantes de garrigues n'arrive pas à égayer cette tristesse, mais les lavandes y estompent en odorantes traînées leur bleu pastellisé. Un chemin grimpe à gauche vers Plaisians, à travers une brutale fissure creusée dans le roc par un maigre torrent.
Et notre route monte en lacets de plus en plus raides et serrés jusqu'au col de Fontaube ouvert à 630 mètres d'altitude entre des mamelons désolés…
À vos mouchoirs ! Il faut les faire revenir pour demander leurs impressions aujourd’hui….
...

 

Histoire d'Eygaliers

Eygaliers sous l’ancien régime

Avant 1790, Eygaliers était une communauté de l'élection de Montélimar et de la subdélégation et du bailliage du Buis, formant une paroisse du diocèse de Gap, Cura de Agaleriis, 1516 (Pouillé de Gap), dont les dîmes appartenaient au prieur de Plaisians.

La terre, qui était du fief des barons de MévouilIon, appartenait en 1259 aux Rosans, en 1334 aux Rican de l'Isle et dès 1347 aux Bésignan, dont les droits passèrent aux Morges. Ceux-ci, qui possédaient Eygaliers en 1379, furent remplacés par les Du Sauze, qui le vendirent en 1450 aux Alleman de Champ, lesquels le revendirent aux Chomart en 1459.
Héritiers des Chomart vers 1640, les De Baux Ventaillac étaient encore seigneurs d'Eygaliers en 1789.

En 1790, Eygaliers fut attribué au canton de Mollans, mais la réorganisation de l'an VIII en a fait une commune du canton du Buis-les-Baronnies.

Il y avait en 1789, dans cette commune, une population de 144 âmes, formant 23 familles.

Extrait du Dictionnaire topographique de la Drôme, Bibliothèque Nationale de France.
...

 

Le moulin de la Blanche

 

Également alimenté par la source des Oseraies, le moulin dit « de la Blanche », situé au quartier « Champ du Moulin » est répertorié sur la carte de Cassini de 1776. À l'origine, c'était un moulin à farine, comme le Moulin d'Aygues-Astaud, jusqu'à l'installation des appareils pour la production de courant électrique, en 1901. La même année, une ligne électrique fut construite par M. Ravoux, propriétaire de l'usine, pour l'éclairage privé et public des communes d'Eygaliers et de Mollans, M. Ravoux ayant également la charge du paiement, par les propriétaires, de la consommation électrique.

Eygaliers fut une des premières communes électrifiées.

En 1918, M. Ravoux cède sa propriété, son usine ainsi qu'un moulin à huile situé au quartier Aygues-Astaud (Plaisians) à M. Blauvac. Par la suite, M. Mazaloubaud devient le nouveau propriétaire du Moulin de la Blanche, un couple de gérant, M. et Mme Sautel, est chargé du fonctionnement des machines et de l'encaissement des factures auprès de la population. Après la 2e guerre mondiale, la grande entreprise d'état, EDF, est créée mettant fin aux petites usines hydroélectriques privées. La famille Graetz rachète la propriété. À l'abandon pendant quelques années, celle-ci devient la propriété de la société immobilière J2CR.

Avec les incitations à la production électrique provenant d'énergies renouvelables, «Le Moulin de la Blanche » produira-t-il de nouveau de l'électricité ? Espérons-le.  

...

 

l'église d'Eygaliers, son histoire

Juin 2015. Les travaux de rénovation de l’église d’Eygaliers sont maintenant terminés. Ces travaux ont été votés dès l’automne 2014 par l' équipe municipale et réalisés grâce au concours financier du Département de la Drôme et à la célérité des entreprises retenues qui se sont attelées à la tâche dès le printemps 2015.

...